Croix en Creuse
Les témoins de notre histoire

frnlendeitptes

blessac 5 

L’église actuelle est une partie de celle de l’ancien prieuré, dans laquelle se faisait l’office paroissial à l’autel de Saint-Martial.
Les tombeaux des vicomtes d’Aubusson et ceux des barons de La Borne étaient dans une chapelle de ce couvent qui a été démolie pour y faire le chœur des religieuses. Blessac avait un prieuré de filles de l’ordre de Fontevraud, sa fête était l’Assomption de la Sainte Vierge. La prieure était élective et triennale. Ramnulphe IIIe du nom, Vicomte d’Aubusson donna, en 1049, la terre de Blessac à sa fille qui y était supérieure d’une maison de l’ordre de Saint Benoît. Au commencement du XIIe siècle, Raymond IVe du nom, Vicomte d’Aubusson, remplaça ces religieuses par des moines de Saint-Augustin. Mais sa mère, alors prieure de Tusson, vint le voir et obtint de lui et des moines, que la communauté de Blessac accepta les modifications apportées par le bienheureux Robert à la règle de Saint-Augustin et se donnât à Fontvraud. Il prit lui-même l’habit de Fontevraud en 1120.
Cette communauté d’hommes fut ensuite supprimée et les religieuses fontevristes se sont consacrées, jusqu’au moment de la Révolution, à l’instruction et à l’éducation des jeunes filles. Il reste encore quelques bâtiments du prieuré ; ils datent des XVIe et XVIIe siècles.
Le dolmen de Blessac dit Pierre-la-Fade (ou pierre aux fées) date de la période néolithique et a été érigé entre la fin du Ve millénaire et la fin du IIIe millénaire avant J.C comme la plupart des dolmens européens.
Dans l’imaginaire collectif, les Fades ou fées sont des génies de l’air, des bois, des rochers et des eaux qui vivent généralement par groupe de trois, se cachant pendant le jour dans les anfractuosités des roches qui leur servent de demeures et sortant à la nuit tombante. C’est pourquoi de nombreux dolmens sont associés à la légende des fées et sont devenus des lieux de croyance et de superstitions.

 Source : Mairie de Blessac, fdmf.fr, wikipedia.org, plougoumelen.bzh, Nicole Duchez, Claude Royère

Remerciements :
Annie et Serge Durand 
Louis-Marie Roturie
Jean-Claude Champagnat
Christiane Gabiache