Croix en Creuse
Les témoins de notre histoire

frnlendeitptes

pontarion 6
Photo : chateau-fort-manoir-chateau.eu

Pontarion était jadis une cure de l’ancien archiprêtré de Bénévént l’Abbaye. C’est ce que l’on constate en 1376, 1391, 1469. Mais vers 1472, elle ne fut plus qu’une succursale ou annexe de la cure de Thauron.
Le nom de Pontarion a peu varié, mais on l’a écrit différemment selon les époques : Prepositus de Ponte Arion en 1229, Apud Pontarion en 1242, Villefanche de Pont Arion vers 1259, Castellania de Ponte Riomi en 1343, Senescallus de Ponteriomi en 1399, Martialis de Ponte Rion en 1447, Annexa Pontisriomi de 1472 à 1483, Pontharrion en 1543, Pont à Ryon en 1563, Ponthauryon en 1620, Pontharryon en 1640.
Après la bataille de Coutras en 1587, un nommé Lamorie qui faisait la guerre contre le Roi de Navarre, fut chargé de combattre à Pontarion, par Charon, gentilhomme de ce pays, réuni à quelques autres nobles de la Haute Marche et du Berry. Dans ce combat furent tués, les sieurs de Saint Priest gouverneur de Guéret, de Piegu et de Puyrageon.
Le château de Pontarion a été en grande partie bâti par Antoine d'Aubusson au xve siècle.
Il est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 29 octobre 1941.
En 1986, la mairie signale la présence de sépultures à incinération gallo-romaines. C'est grâce à une découverte fortuite, après la remise en culture d'une parcelle des Sagnes, qu'ont été mis au jour de nombreux coffres funéraires en granit, ainsi que des tessons de céramique sur une grande surface, laissant présager de l'existence d'une nécropole importante. Il semblerait qu'elle aurait été utilisée pendant un siècle et demi, entre 150 et 300 environ. Les fouilles, qui ont duré 4 ans, ont révélé pas moins de 296 sépultures.

Source : Wikipédia.org, détours-en-limousin.com, Michèle Léger, Claude Royère

Remerciements :
Jean Claude Moreau maire de Pontarion
Jean Louis Coucaud
Philippe Dubeau